Vous êtes ici : Accueil > Actualités > Droit de la famille > L'avocat pas cher (à moins de 500€) ce qu'on ne vous dit pas

L'avocat pas cher (à moins de 500€) ce qu'on ne vous dit pas

Le 28 septembre 2016
Le prix de 500€ annoncé sur certains sites pour un divorce à l'amiable est hors taxe et par époux. Il ne concerne par ailleurs bien souvent que le divorce des époux sans bien ni enfant
En tapant sur son navigateur de recherche les mots clés "avocat pontoise divorce" l'internaute tombe souvent sur des sites d'avocats promettant un divorce à l'amiable pas cher,  à moins de 500€, et pour certains à moins de 240€!

En poussant un peu la recherche, on se rend compte que le prix annoncé est par époux et hors taxe, c'est à dire qu'il faudra multiplier par deux le tarif et ajouter une tva de 20% du total.

Ces prix attractifs ne concernent finalement que les divorces d'époux sans bien immobilier commun ni enfant, ce qui ne correspond  pas à la majorité des divorces.

En outre, ces offres sont faites par des avocats extérieurs au ressort de la cour d'appel de Versailles ( dont fait partie le tribunal de grande instance Pontoise), et qui devront donc, pour déposer les actes de divorce, recourir obligatoirement à un avocat postulant, qui n'est pas gratuit.

La facture pourrait donc logiquement être encore augmentée des frais de l'avocat postulant ce qui n'est évidemment pas précisé de prime abord.

À défaut, le cabinet extérieur doit donc compter sur un gros volume de dossiers à déposer pour s'y retrouver financièrement ce qui implique nécessairement de ne pas y consacrer le temps nécessaire.

D'ailleurs bien souvent, le client ( et donc les époux ) sont invités à remplir un formulaire qui servira de base à l'élaboration de la requete en divorce et de la convention de divorce à déposer au tribunal sans même qu'ils n'aient pu rencontrer ni l'avocat plaidant ni l'avocat postulant dans l'intervalle.

Même les dossiers les plus simples peuvent s'avérer compliqués, notamment en cas de disparité des revenus des époux qui pourrait justifier le principe du versement d'une prestation compensatoire de l'un des époux à l'autre.

On oublie en effet souvent que le juge peut aussi bien homologuer que rejeter la convention de divorce s'il ne l'estime pas conforme à l'intérêt de l'un des époux ou des enfants.

Or en cas de rejet, il vous serait refacturé l'entière procédure à refaire...

La rencontre avec l'avocat en charge d'élaborer les actes est donc primordiale pour proposer la convention la plus conforme à la volonté commune des époux sans risquer le refus d'homologation.


Cette actualité est associée aux catégories suivantes : Droit de la famille

c